..................................... La symbolique pure dans le Tarot d'Or et votre légende personnelle à travers les mythes et légendes
.....................................© Joëlle Balle, Créatrice du Tarot d’Or.

  • Arcane n°3

    Mettre dans le mille et son mythe : Déméter

    Demeter, fille de Cronos et de Rhéa, épouse de Zeus son frère et mère de Perséphone (Proserpine), qui signifie prospère était la déesse de l'agriculture. Déméter et Perséphone étaient très liées.

    Le nom Déméter signifie " Terre Mère " ou " Mère du Grain". L'appellation latine Dia Mater (Déesse Mère) était utilisée à Rome pour désigner la déesse Déméter, ainsi que l'appellation Megali Mater (Grande Mère). Déméter était aussi bien sûr nommée Cérès par les Romains, un nom dérivant du mot « céréale ». Pour les Grecs, Déméter était la Mère de toutes les créatures vivantes de la Terre. Comme la Terre était signe d'abondance, Déméter était aussi la déesse de la prospérité. Bien avant la période gréco-romaine, la capacité des femmes de donner la vie était identifiée avec la terre et le cycle agricultural. L'agriculture apporta une sécurité nouvelle et l'entreposage des grains était équivalent à déposer de l'argent à la banque. La Mère de l'abondance était fertile et généreuse. La Déesse et la femme étaient vues comme des êtres sacrés, ayant la capacité de donner la vie et d'apporter l'abondance. Ceci apportait donc une conscience sociale que la femme était liée à la Déesse. Aujourd'hui, la conscience sociale cherche à retrouver ce lien, poussant les femmes à retrouver cette connexion avec la Déesse Mère.

    Dans la carte, cette femme est assise sur la planète Terre, c’est son domaine car elle a voulu quitter l’Olympe et s’occuper de la terre. Dans la carte, cette femme est assise sur la planète Terre, c’est son domaine car elle a voulu quitter l’Olympe et s’occuper de la terre.

    Symbole du nombre 1000 Le nombre mille possède une signification paradisiaque : c’est l’immortalité du bonheur. Le millénarisme est le plus souvent appliqué au règne du Messie, le retour du Christ et son règne terrestre avec les justes ressuscités avant l’extinction du monde. Le temps de ce règne doit avoir une durée de 1000 ans. Déméter dans la carte est assise sur la sphère représentant la terre, elle est enceinte de la terre. Elle donnera naissance à sa seule fille Perséphone, mais Hadès le dieu des enfers la capture, elle devint alors reine des enfers. Déméter parcours alors avec beaucoup d’angoisses ces enfers pour retrouver sa fille car elles sont unies par une grande tendresse. Le symbolisme de cette carte révèle une fonction de fertilité et d’amour pour le plan terrestre. Déméter parcours les enfers …

    Invitation pour un travail personnel : Princesse de la Terre, nous pouvons traduire cela dans notre vie de terriens. L’amour pour nos enfants et le bonheur de tous les êtres sur cette planète.

  • Arcane n°4

    Le conquérant et son mythe : Zeus

    Le Conquérant ou l’Empereur dans le Tarot de Marseille est souvent assimilé au Dieu Zeus. Homère considérait Zeus comme le père des dieux et des mortels souverain des dieux de l'Olympe il était le protecteur et souverain à la fois de la famille de l'Olympe et de la race humaine Sa cuirasse était l'égide, son oiseau l'aigle, son arbre le chêne. Zeus est célèbre pour ses innombrables aventures avec des mortelles, des déesses et des nymphes. Il est le père de nombreux dieux : Athéna, Dionysos, Hermès, Apollon et Artémis ; de nombreux héros : Héraclès, Persée, Castor et Pollux, etc. Zeus (en grec ancien ?e?? / Zeús, dieu du ciel1) est le roi des dieux dans la mythologie grecque. Il règne sur le Ciel et la terre et a pour symbole l'aigle et la foudre. Comme l'atteste son nom, dérivé de la racine indo-européenne *dei- signifiant « briller » Zeus reçoit en partage la souveraineté sur le monde terrestre et les airs. Le foudre possède trois éclairs : le premier pour avertir, le deuxième pour punir et le troisième, pour la fin des temps, afin de détruire le monde.
    Mais Zeus est également le maître des phénomènes naturels : tonnerre, trombe d'eau, nuées, etc. Les météorites lui sont consacrées. Il écarte la tempête. C'est également lui qui fait pleuvoir sur la terre : ainsi, les Grecs appellent « eau de Zeus » l'« eau du ciel » des Français. Lié aux phénomènes naturels, il est logiquement associé aux cultures et aux cycles agricoles. On conseille ainsi d'invoquer Zeus Infernal et Déméter, au moment de labourer, afin que la terre soit fertile. Il protège le garde-manger.

    La symbolique de l’aigle : Comme tous les rapaces, les aigles possèdent de grandes serres pour saisir leur proie, et des pattes puissantes. Ils ont également une vue perçante leur permettant de repérer leur proie à distance. Les aigles ont une vue limpide à une distance de plus de 500 mètres. L'aigle est le symbole de nombreux organismes et nations, il représente les idées de beauté, de force et de prestige. Les Romains l'utilisaient comme emblème pour leurs armées. Puissance et combativité, il a le pouvoir d’évoluer dans des régions du ciel inaccessibles à l’homme. Figure du dieu du Soleil. Force - régénération (tel le phénix renaît de ses cendres)-contemplation-sagacité- noblesse. Puissante vertu de justice mais aussi le péché d’arrogance. Tels étaient les attributs de Zeus …

    La symbolique du coffre tient au fait qu’il cache quelque chose, et que faisant l’obscurité dans son ventre un fois qu’il est fermé, il est profondément relié à l’idée de la mort. L'Arche d'Alliance était le coffre qui contenait les Tables de la Loi (les Dix Commandements), données par Dieu à Moïse sur le mont Sinaï. Le coffre sacré fut construit par les Israélites durant leur long périple à travers le désert. Il fut installé plus tard à Jérusalem, dans le Temple construit par Salomon. L'Arche d'alliance (Aron en hébreu), également appelée l'Arche de YHWH ou encore l'Arche du témoignage, était un coffre oblong de bois recouvert d'or. Le mot Aron (Arche), provient de la racine Ar signifiant Lumière et du suffixe On signifiant la force, soit Aron : « La Force Lumière », ou « La Lumière qui est Force », d'où son caractère sacré, car elle représentait la présence Divine. Mais l’arche n’appartient pas seulement aux Hébreux, en Asie on enfermait les tablettes des ancêtres quand on a cessé d’honorer leurs mémoires. Ce coffre est aussi le cercueil, d’une mort pour une nouvelle naissance sur cette terre. L’arche abrite le savoir secret à laquelle les non-initiés ne peuvent avoir accès. Elle consiste en un coffret ou est censée reposer l’énergie divine, et sa charge lumineuse est telle que quiconque ose porter la main dessus tombe instantanément foudroyé. Arche (Noé), coffre (Moïse), barque des morts, que la nacelle qui sauve le futur héros, à la double notion de cercueil et de berceau…

    Invitation pour un travail personnel : Vous êtes ce Prince de la Terre et dans le coffre se cache votre trésor, cadeau de votre naissance. Il brille car il est en or.

  • Arcane n°5

    L'alliance et son mythe : Hiram et le temple de Salomon

    Hiram, envoyé par Hiram Ier, roi de Tyr, apparaît, dans l'histoire biblique, sous le règne de Salomon, roi d'Israël et fils de David. Son nom est évoqué dans la Bible (I Rois, 7:13) : spécialiste du travail du bronze, « rempli de sagesse, d'intelligence et de connaissance », il s'occupa, à la demande de Salomon, de la décoration du Temple (« la maison de l'Éternel »). Il moula les deux colonnes avec leur chapiteau et dressa Yakîn (ou Jachin, la colonne de droite) et Boaz (ou Bohaz, celle de gauche) près du vestibule du Temple. Ce temple fut détruit par l'armée des Chaldéens et le bronze fut emporté à Babylone.
    Cependant, à partir du XVIIIe siècle, la vie et la mort d'Hiram, enrichies par les légendes, deviennent un mythe initiatique qui inspire le rituel maçonnique. D'après le récit mythique, Hiram (ou Hiram Abif) fut assassiné à la fin des travaux du Temple (vers 1570 avant notre ère) par trois compagnons pour avoir refusé de leur donner la parole secrète. Ces trois hommes, postés à une porte différente du Temple, lui réclamèrent, sous la menace, la parole secrète. Hiram se tut, estimant que le temps n'était pas venu. Le premier le frappa d'un coup de règle sur la gorge, le deuxième d'un coup d'équerre de fer sur le sein gauche et le dernier l'acheva d'un coup de maillet sur le front. Les compagnons enterrèrent le maître sans connaître le secret. Convaincus alors de l'inutilité de leur crime, ils plantèrent une branche d'acacia sur la tombe.
    La lecture allégorique du mythe montre qu'Hiram perd sa vie physique (la gorge), sa vie sentimentale (le cœur) et sa vie spirituelle (le front), à cause de l'Ignorance, de l'Hypocrisie et de l'Envie que figurent ses assassins. Il renaîtra (acacia associé au coffre) grâce à ses qualités antithétiques (antithèse-opposé) : le Savoir, la Tolérance et le Détachement.



    Les colonnes de bronze : Jakin et Boaz : Ces deux monumentales colonnes du Temple de Salomon ont suscité bien des interrogations sinon de divagations. En effet, elles présentent un redoutable paradoxe puisque ces colonnes ne soutiennent rien, tout juste peut-on leur accorder le symbolisme de soutenir la voûte étoilée de l’univers à l’entrée du temple. Si le temple du désert est bien une pré-maquette du Temple de Salomon, alors les textes de l’Exode nous aident à éclaircir ce mystère. Jakin et Boaz sont à l’extérieur du Temple et se présentent comme deux pièces majeures du parvis où se faisaient les holocaustes. C’est donc dans la description du parvis du temple du désert qu’il faut aller chercher des éléments comparatifs. Les colonnes Jakin et Boaz se présentent alors comme une gigantesque réminiscence des colonnettes en bronze ayant soutenu les tentures du parvis du temple du désert. On n’en gardera que deux exemples symboliques, les deux colonnes qui encadraient le « sas » de communication entre le monde profane et le monde sacré, la porte du temple. Les deux approches sont parfaitement complémentaires, mais il semble assez raisonnable de retenir que ces deux colonnes Jakin et Boaz aient été la marque de séparation entre le monde « hyper-sacré » de l’intérieur du temple - ou tabernacle - et l’espace mi-sacré, mi-profane du parvis lui-même séparé de l’espace parfaitement profane de la ville. Ce processus d’approche des espaces sacrés par des délimitations successives d’espaces tendant vers le sacré progressivement, est une notion parfaitement archétypale et correspondant aussi point par point aux descriptions des deux édifices faites dans la Bible.

    Le Temple du Roi Salomon : construit à partir de la géométrie sacrée, le Temple était divisé en trois lieux essentiels en relation aussi bien avec le macrocosme (ou monde cosmique) que le microcosme ( ou monde individuel).
    • Le Vestibule (“Oulam”), relié à la Terre dans le macrocosme et au corps dans le microcosme, humain et inondé par la lumière du jour.
    • Le Saint lieu (“Hikal”), associé à l'Atmosphère dans le macrocosme et l'âme humaine dans le microcosme, reçoit la lumière du jour réfléchie.
    • Le Saint des Saints (“Debhir”), représentant le Ciel dans le macrocosme ou l'Esprit dans le microcosme, est plongé dans l'obscurité.

    L'axe du microcosme : L'axe symbolise la voie spirituelle suivie par l'être humain qui entend s'élever constamment et atteindre finalement la pleine réalisation. Dans les limites du microcosme, cette direction s'étend de la base de la colonne vertébrale à la couronne de la tête et se prolonge au-delà. Le long se trouve les “chakras”, centres subtils de l'individu. Leur éveil successif correspond aux différentes étapes le long de la voie axiale de la pleine réalisation. Le passage d'un état à un autre consiste toujours en une mort dans un cycle précédent et une naissance dans le cycle suivant. Ce processus de mort et re-naissance, appelé initiation, a lieu dans le Temple, creuset du voyage intérieur et image symbolique du Cosmos ou du monde manifesté. Les étapes essentielles du développement de l'être humain peuvent être reliées aux trois domaines mentionnés précédemment.
    • Le corps est associé à la naissance physique. • L'âme ou la psyché est en relation avec une seconde naissance. Liée au domaine des possibilités subtiles de l'individualité humaine, cette seconde naissance consiste en une ré-génération psychique produisant un être humain centré et correspond l'initiation aux petits mystères accessibles par la porte des hommes. • L'Esprit, rattaché à une troisième naissance, relève de l'ordre spirituel et non plus psychique. Elle donne accès au domaine des possibilités supra-individuelles associées à la porte de dieux et l'initiation aux grands mystères.

    Dans la forme traditionnelle hindoue, la porte des hommes donne accès au “pitri-yâna”, la voie des ancêtres ou des êtres d'un cycle précédent, et la porte des dieux s'ouvre sur le “dêva-yâna”, la voie des dieux. Bien que relevant du même processus d'initiation, les deux portes diffèrent néanmoins quant à leurs finalités.
    Après sa manifestation dans un certain stade de développement au sein du Cosmos, du Temple ou de la caverne cosmique, l'être franchira l'une ou l'autre porte en fonction du degré spirituel atteint.

    La porte des hommes ouvre l'accès à l'état d'être primordial, intermédiaire entre l'homme ordinaire et l'être spirituel. Si l'être n'a pas atteint la ré-génération psychique complète, il re-passera la porte des hommes et se re-trouvera dans un nouveau cycle du monde manifesté. L'être psychiquement ré-généré pourra alors emprunter la porte des dieux pour passer du monde individuel au monde spirituel et quitter définitivement le monde manifesté. En d'autres termes, la porte des hommes est une sortie-entrée tandis que la porte des dieux représente la seule sortie définitive de la caverne cosmique, but ultime de l'initiation.


    Aime et sers toute l’humanité.
    Assiste chacun. Vis dans la joie. Sois courtois.
    Sois un moteur de bonheur irrépressible.
    Vois Dieu et le bien en chaque visage.
    Il n’y a aucun Saint sans passé.
    Il n’y a aucun pêcheur sans futur.
    Prie pour chaque âme.
    Si tu ne peux prier pour l’une d’elle…
    Laisse-la passer son chemin.
    Sois original. Sois inventif. Ose, ose et ose plus encore.
    N’imite pas. Demeure dans la terre qui t’est propre.
    Ne t’appuie pas sur les emprunts aux autres.
    Pense par toi-même. Sois toi-même.
    Toute la perfection et toutes les vertus de la
    Déité sont cachées au fond de toi. Révèle-les.
    Le Sauveur, Lui aussi, est déjà à l’intérieur de toi. Révèle-Le.
    Laisse Sa grâce t’émanciper.
    Laisse ta vie être celle d’une rose
    Qui, dans le silence, parle le langage du parfum...

    Message de Babadji HAIRAKHAM, 13 février 1984.

    "J’ai placé mon arc dans la nue, et il servira de signe d’alliance entre moi et la terre." (Genèse : chapitre 9, verset 13)

    Invitation pour un travail personnel : Entrons dans notre Temple intérieur car c’est là que se trouve la vraie Force Lumière.